Assistance technique pour l’amélioration de la productivité et la structuration des producteurs de coton dans la région Atsimo Andrefana

Posted on Posted in Les dernières actualités

Le projet consistait d’appuyer les producteurs du coton sur le plan technique et socio organisationnelle en vue de rehausser la compétitivité de la filière coton sur l’amélioration du rendement agricole et les revenus des producteurs pour augmenter les volumes produits et exporter tout en contribuant, de renforcer le respect de l’environnement et une bonne gestion des impacts sociaux.

Ce dessein s’était déroulé des sept (7) communes de District de Toliara, effectué par le groupement TAHOSOA  en alliant l’ONG EFA et le PIC, «  Pôles Intégrés de Croissance » qui est intervenu dans le cadre de son programme pour le développement de l’agri business. L’intervention de l’ONG EFA réduit en seize (16) mois la durée de trente-trois (33) de la réalisation de ce concept.

Les bénéficiaires sont formés par les producteurs incluant les 250 paysans leaders attachés aux  10 paysans relais en disposition sur le champ de l’exploitation et ses mis en place par l’ONG EFA  en accompagnant  par des renforcements de ses  capacités techniques par des supports et les encadrés en proximité.

D’après la validation de ce projet, le diagnostic de PIC avait mis en évidence plusieurs problématiques, tels que le faible niveau des rendements, l’insuffisance de l’accompagnement des producteurs durant le cycle de production, l’existence de pratiques anticoncurrentielles et la désorganisation de la filière coton en général. L’origine des problèmes rencontrés était liée à plusieurs facteurs, notamment :

  • l’absence de réglementation spécifique à la filière coton, et adaptée au contexte concurrentiel créé par la présence de plusieurs opérateurs privés en filière coton dans la Région Atsimo Andrefana,
  • le faible niveau de structuration des producteurs, avec une absence de représentativité des producteurs dans la plateforme de la filière,
  • l’absence d’une bonne pratique culturale commune à toute la filière, en particulier :

 

  • Au niveau technique, la filière est marquée par des mauvaises pratiques agricoles et le non-respect de l’itinéraire technique. Les opérations culturales ne sont pas exécutées dans de bonnes conditions : labour, billonnage, semis sont réalisés sur sol sec et les traitements insecticides ne respectent ni aucun calendrier, ni aucune technique d’application.
  • La pratique du « dronga ou piky » est courante et encouragée par certains opérateurs. Elle consiste à couper les anciens cotonniers et à reconduire les jeunes pousses comme semis de la campagne en cours.
  • Le niveau d’intensification des cultures est faible ; La semence et les insecticides constituent les seuls intrants mis à la disposition des planteurs hors leur qualité est incertaine.
  • La mécanisation se limite aux seules opérations de préparation des sols (labour et billonnage).

 

L’ONG EFA a établit quelques approches afin de pouvoir atteindre les résultats pour bonifier les producteurs et pour alléger ses travails à partir des opérations qui remuent les insuffisances des collectivités ci-dessus, comme :

 

  • La mis en place des champs écoles paysannes, des appuis matériels : les charrues, les appareils de traitement, la dote des labours, des billons et l’élévation des taux des engrais utilisés.
  • Suite aux conseils partagés sur la bonne pratique, les producteurs ne doivent pas être retardés  concernant les levées, les différentes étapes de sarclages.
  • L’utilisation des pesticides à l’usage des moniteurs et des producteurs ainsi que le choix variétal des semences avec les aspects environnementaux et sociaux sont élaborés et mis à la disposition des producteurs.

 

 

Les producteurs sont structurés et leurs capacités socio organisationnelles sont renforcées